Pourquoi je m'al fa bé ti ze? ou "Je savais écrire, mais c'était bourré de fautes" (2002)

Recherche sur les acquis et les effets d'une participation à des ateliers d'alphabétisation

Cette recherche du groupe populaire en alphabétisation Ebyôn porte sur les motivations, les attentes et les acquis des personnes qui ont participé à des ateliers d'alphabétisation.

Dans un premier temps, la recherche confirme certaines hypothèses concernant l'amélioration des capacités de lecture et d'écriture et le transfert de ces capacités dans la vie quotidienne. Les résultats attestent également d'une implication communautaire accrue pour ces personnes ainsi que de divers acquis aux niveaux personnel, social, économique et culturel. Dans un deuxième temps, les auteurs de la recherche soulignent certains éléments importants de la démarche d'alphabétisation, particulièrement la suite à donner aux ateliers d'alphabétisation en termes de développements personnel et social. Enfin, le rapport se termine par des considérations générales sur la formation continue, la définition de l'alphabétisation, la place accordée à la motivation et à la culture propre des apprenants, et sur les bienfaits sociaux de la démarche d'alphabétisation.

Voir ressource
Éditeurs: 
ISBN: 
2-9806806-3-X
Ajouté: 
2004-02-27
Citation APA
Jacques Jobidon, Hélène Brousseau et Paulette Panych. Pourquoi je m'al fa bé ti ze? ou "Je savais écrire, mais c'était bourré de fautes" 2002. Web. 8 Aug. 2020 <http://www.bdaa.ca/biblio/recherche/pourquoi/pourquoi.pdf>
Jacques Jobidon, Hélène Brousseau & Paulette Panych (2002). Pourquoi je m'al fa bé ti ze? ou "Je savais écrire, mais c'était bourré de fautes". Récupérer August 8, 2020, de http://www.bdaa.ca/biblio/recherche/pourquoi/pourquoi.pdf
© 2020 Bibliothèque de Copian