Possibilités de retraite progressive à prévoir pour combler les pénuries de compétences (2003)

Commentaire du CSPC

Le terme « retraite progressive » est un fourre-tout où entrent les affectations spéciales, le mentorat, le partage d’emplois, le travail autre que par postes, les heures réduites et le télétravail. On peut déplorer que, comme ces modes de travail ont des conséquences sur l’impôt, les régimes de retraite et les formalités à remplir, les obstacles soient tels que l’on décide tout simplement de s’en tenir loin.

Au Nouveau-Brunswick, c’est le syndicat des infirmiers et des infirmières qui a soulevé la question de la retraite progressive à la table de négociation. Les syndicats ont passé tant d’années à se battre pour une amélioration des régimes de retraite qu’ils se montrent prudents dans les signaux à envoyer aux employeurs au sujet de la retraite progressive. Comme le révèle notre enquête Points de vue cependant, ce sont les syndicats de fonctionnaires qui se prononcent le plus nettement en faveur de la retraite progressive (48 % des intéressés y voient une solution très importante au problème des pénuries de compétences (Points de vue 2002).

Voir ressource
Ajouté: 
2007-07-25
Citation APA
Arlene Wortsman et Centre syndical et patronal du Canada (CSPC). Possibilités de retraite progressive à prévoir pour combler les pénuries de compétences 2003. Web. 25 Feb. 2020 <http://www.bdaa.ca/biblio/recherche/cspc/combler/03oct20.pdf>
Arlene Wortsman & Centre syndical et patronal du Canada (CSPC) (2003). Possibilités de retraite progressive à prévoir pour combler les pénuries de compétences. Récupérer February 25, 2020, de http://www.bdaa.ca/biblio/recherche/cspc/combler/03oct20.pdf
© 2020 Bibliothèque de Copian